Bien être

Les Français quittent de plus en plus tard le nid familial

La période de cohabitation parents-enfants s’allonge. Près de la moitié des adultes âgés de 18-29 ans vit encore chez ses parents, selon l’INSEE.

De plus en plus de « Tanguy » en France. Les 18-29 ans quittent de plus en plus tard le logement familial. C’est ce qui ressort d’une étude menée par l’Institut national des statistiques et des études économiques (INSEE), parue le 31 janvier. Principal enseignement : cohabiter avec ses parents est un phénomène de plus en plus fréquent chez les jeunes adultes. En 2013, près d’un jeune adulte de 18 à 29 ans sur deux (46 %) habite chez ses parents tout ou partie de l’année, rapporte l’INSEE. Après une diminution amorcée au milieu des années 1990, le taux de cohabitation avec les parents a de nouveau augmenté depuis le début des années 2000, poussé par la hausse du chômage et de la population étudiante.

Le départ du logement familial ne se fait pas toujours totalement. Certains jeunes adultes adoptent une autonomie résidentielle progressive. « Près de 15 % des 18-24 ans qui habitent chez leurs parents n’y résident pas la totalité de l’année, mais plutôt durant les week-ends ou les vacances », observe l’INSEE. Cette multi-résidence est rare chez les non étudiants, surtout pour les plus de 25 ans qui ont leur logement indépendant.